Comment protéger ses enfants des dangers en ligne en 2022

Internet est une importante ressource pour les enfants, une occasion d’apprendre, d’explorer de nouvelles choses et de laisser son imagination parler. Internet peut également jouer un rôle majeur dans son processus de socialisation, sa capacité à interagir avec les autres et l’occasion pour lui de jouer et d’échanger avec d’autres enfants.

Mais les parents ont parfaitement conscience que toutes ces activités ne sont pas sans risques. Les enfants peuvent être exposés à des contenus inappropriés, au cyberharcèlement et même aux prédateurs.

Bien que garder un œil sur ce que votre enfant regarde et fait en ligne permet de le préserver de ces risques, il n’est pas facile de garder le contrôle sans avoir le sentiment d’envahir leur espace privé. Le simple fait de vouloir se renseigner sur les sites consultés peut signifier à votre enfant que vous n’avez pas confiance en lui.

Le meilleur moyen de prévenir tout risque majeur passe par l’éducation. Il est important pour vous et votre enfant d’être conscient des dangers présents pour mieux s’en protéger et détecter les moindres anomalies. C’est pourquoi nous avons conçu ce guide, afin de vous accompagner, ainsi que votre enfant, à mieux appréhender Internet de façon plus sûre.

Voici quelques conseils pensés pour vous enfants que vous pouvez partager avec les plus jeunes et vos adolescents.

          • 86 % des parents d’enfants de moins de 11 ans, limitent leur temps passé devant les écrans, tandis que 75 % vérifient ce que fait leur enfant en ligne.
          • 71 % des parents de 11 ans et moins s’inquiètent de voir leur enfant passer trop de temps devant les écrans.
          • 66 % des parents pensent que la parentalité est plus difficile aujourd’hui qu’il y a 20 ans, dont 21 % rejettent la faute sur les réseaux sociaux de manière générale.
          • 65 % des parents pensent qu’il est acceptable pour un enfant d’avoir sa propre tablette avant l’âge de 12 ans.

Menaces en ligne pour les enfants

Exposition à des contenus inappropriés

Les enfants sont de plus en plus actifs en ligne, et de plus en plus tôt. La probabilité qu’ils soient exposés à une déconvenue en ligne est donc plus élevée. Les activités en ligne qui pourraient exposer vos enfants à des contenus non adaptés sont : 

          • Rejoindre les réseaux sociaux avant l’âge minimum requis
          • Streamer des contenus en direct en sachant qu’ils présentent une limite d’âge
          • Utiliser des applications et jouer à des jeux interdits aux enfants

Sans véritable supervision en ligne et blocage de certains contenus, une simple recherche Internet peut virer à une exposition fâcheuse de votre enfant.

Les contenus inappropriés ne sont pas uniquement de nature sexuelle. Cela peut comprendre des contenus pour adultes, des informations ou des images désobligeantes, une désinformation qui pourrait inciter votre enfant à adopter des comportements dangereux ou contraires à la loi. Parmi ces contenus :

          • Contenu pornographique
          • Contenu vulgaire et obscène
          • Images, vidéos ou jeux violents
          • Sites incitant à la violence, à des activités criminelles, au terrorisme, à la mutilation, au racisme et au suicide
          • Chat rooms non modérées
          • Sites de paris

Les prédateurs en ligne

Votre enfant rencontre des individus en ligne qui ne sont pas ce qu’ils prétendent et qui pourraient en faire une victime potentielle. Les prédateurs de ce genre utilisent généralement des faux profils pour établir un lien de confiance avec les plus jeunes et proies faciles.

Qu’est-ce que le grooming en ligne ?

Le grooming est un terme anglais qui désigne le processus établi par les prédateurs pour créer un lien d’amitié avant de les aborder plus explicitement. Le grooming est aussi bien utilisé par les prédateurs sexuels que dans le but de radicaliser les plus jeunes.

Tout l’enjeu est d’établir une relation de confiance entre votre enfant et le groomer qui prétendra partager les mêmes centres d’intérêts que ses victimes, ou qui leur offrira des cadeaux en les complimentant régulièrement. Une fois le lien établi, la conversation peut prendre une tournure sexuelle dans le but d’inciter un enfant à partager des photos explicites. 

Généralement, les prédateurs en ligne ciblent des enfants présents sur des sites populaires, largement utilisés par les ados tels que les réseaux sociaux, les jeux en ligne et les chat rooms.

Cyberharcèlement

Le cyberharcèlement est un terme utilisé pour décrire des communications abusives, généralement présentes sur les publications de réseaux sociaux, des conversations sur messagerie instantanée, des e-mails, etc. Comme pour toute forme de harcèlement, le cyberharcèlement est difficile à encaisser, d’autant plus lorsque tout est rendu public.

Ces communications peuvent atteindre une large audience en quelques secondes, les publications avec le plus de “j’aime” sont partagées massivement. Le prédateur peut se cacher et rendre la tâche compliquée aux investigateurs.

La principale différence entre le cyberharcèlement et le harcèlement physique réside dans l’exposition des victimes à une échelle plus grande. Internet faisant désormais partie intégrante de la vie de chacun, votre enfant peut subir un harcèlement n’importe où et quand, y compris chez vous. Parmi les comportements abusifs : 

          • Le rejet et l’exclusion de groupes en ligne ou de chats
          • Les menaces et intimidations
          • Les rumeurs et les accusations et la diffamation
          • La manipulation et l’extorsion
          • La traque et la persécution
          • L’usurpation d’identité et le piratage des comptes
          • La publication de propos confidentiels et informations personnelles

Jargon du Cyberharcèlement

Cyberstalking : l’envoi de menaces et messages en ligne à répétition

Exclusion : priver délibérément un internaute de certaines activités en ligne.

Fraping : le fait de pirater le compte de quelqu’un et se faire passer pour lui dans le but de publier des contenus inappropriés.

Griefing: cyberharcèlement via les plateformes de jeux en ligne.

Outing : humilier publiquement une personne en divulguant des informations personnelles ou confidentielles en ligne.

Masquerading: créer une fausse identité pour cyberharceler quelqu’un anonymement.

Trolling: publier des propos injurieux sur des sujets sensibles, inciter au racisme, à l’homophobie ou cibler des individus en particulier.

Comment protéger vos enfants des menaces en ligne

Se protéger des contenus inappropriés

Les enfants sont constamment exposés à des nouveaux contenus dont certains sont inappropriés pour leur âge ou pour leur stade de développement. Vous pouvez difficilement contrôler et voir tout ce que votre enfant consulte sur Internet, mais vous pouvez l’aider à éviter de tomber sur des contenus inadaptés.

Apprenez à vos enfants à naviguer sur Internet de façon sécurisée

Montrez à vos enfants comment surfer sur la toile de manière sécurisée. Enseignez-leur l’importance de ne consulter que des sites HTTP, d’effectuer des recherches saines et de n’utiliser que des termes sûrs. N’hésitez pas à les sensibiliser à l’utilisation du mode sécurisé de YouTube et Google SafeSearch pour n’afficher que des résultats adaptés à leur âge.

Expliquez-leur que de nombreux sites tels que Facebook et TikTok ont une limite d’âge et des restrictions établies pour les protéger de contenus inappropriés. Passez en revue les différents sites et applications et décidez de ce que peuvent utiliser vos enfants.

Informez vos enfants de ce qu’ils peuvent rechercher

Expliquez à vos enfants que les contenus dangereux et explicites ne se cantonnent pas aux sites web. Cette exposition est également présente dans les mails et messages directs. Montrez-leur quand cliquer sur un lien ou télécharger un contenu et sensibilisez-les aux dangers des publicités pop-up intempestives.

Installez un pare-feu et des bloqueurs de contenus

Profitez des applications de sécurité intégrées sur vos appareils et téléchargez des applications de contrôle parental pour renforcer la sécurité de votre enfant. Installez un pare-feu (filtre Internet/ logiciel ou hardware de blocage) utilisé pour protéger vos enfants de certains contenus selon leur âge.

Que faire si votre enfant est exposé

Envisagez toujours l’éventualité que votre enfant soit exposé à des contenus inappropriés. Découvrez la source de ce contenu et bloquez tout accès futur à ce genre de sites pour rassurer votre enfant et l’aider à se sentir en sécurité en ligne.

N’en voulez pas à votre enfant. Veillez au contraire à toujours établir une communication bienveillante et ouverte avec votre enfant et incitez-le à vous solliciter à la moindre déconvenue en ligne, aussi minime soit-elle.

Se protéger des prédateurs en ligne

Le grooming est un sujet difficile à aborder avec votre enfant, mais il est indispensable et nécessaire à l’ouverture du dialogue.

Renseignez-vous en permanence sur les dangers

Réunissez un maximum d’informations sur les différents modes opératoires des prédateurs en ligne et leur mode d’attaque. Expliquez à votre enfant l’importance de ne jamais échanger avec des inconnus et de vous prévenir à la moindre invitation ou demande d’ajout reçue.

Enseignez les bons comportements en ligne

Échangez avec votre enfant pour les aider à distinguer les bons des mauvais comportements en ligne. Aidez-les à reconnaître les signaux d’alerte et à vous solliciter au moindre doute.

Contrôlez les appareils et activités en ligne

Placez l’ordinateur familial dans un espace commun et contrôlez toute utilisation mobile. Le contrôle parental est de mise, une adresse mail commune et un renforcement des paramètres de sécurité vous permettront de mieux préserver la sécurité et la confidentialité de votre enfant.

Contrôlez les accès aux applications de photos, les webcams et caméras numériques. Assurez-vous que votre enfant ne télécharge et ne partage aucune image sans votre aval. Vérifiez régulièrement les photos et fichiers de vos enfants.

Alertez vos enfants des risques en ligne

Informez vos enfants des risques liés aux réseaux sociaux et des salles de discussion (chat rooms). Établissez les limites à ne pas dépasser, les règles à respecter et vérifiez toujours l’âge minimum requis des applications et sites web parcourus.

Faites toujours preuve de vigilance

Même les endroits “sûrs” d’Internet méritent votre attention. Les prédateurs en ligne peuvent par exemple prétendre être des enfants et fréquenter les chat rooms pour enfants et jeux en ligne. Restez toujours sur vos gardes lorsqu’il en va des activités en ligne de vos enfants.

Que faire si votre enfant est victime de grooming en ligne

Si vous suspectez que votre enfant soit victime de grooming en ligne, vous risquez de passer par des moments stressants et difficiles. Faire preuve de réactivité est indispensable pour prévenir tout risque futur pour votre enfant et les autres :

          • Expliquez à votre enfant qu’il n’est en rien responsable
          • Sauvegardez des copies de toutes les communications du prédateur
          • Coupez tout contact avec le prédateur, bloquez-le sur toutes les plateformes.
          • Changez les identifiants de tous vos comptes et sauvegardez-les en lieu sûr, définissez des mots de passe puissants
          • Signalez l’incident aux administrateurs du site et aux autorités

Cyberharcèlement

Internet et les réseaux sociaux ont transformé le harcèlement, désormais plus dévastateur d’un point de vue émotionnel. Engagez la conversation avec votre enfant pour l’aider à s’armer face à la pression en ligne et reconnaitre tous les signes de cyberharcelement sur son passage.

Précisez en quoi consiste le cyberharcèlement

Il est important de connaître la nature du cyberharcèlement, quand et comment il intervient, ainsi que les signaux d’alerte. Spécifiez ce qui est considéré comme une communication saine ou malsaine. Expliquez à vos enfants comment ils doivent communiquer et comment les autres doivent communiquer avec eux.

Expliquez à votre enfant qu’un cyber harceleur peut se montrer sympathique de prime abord, mais qu’il faut être vigilant au moindre stress occasionné lors des échanges, à la contrariété et à la peur. Encouragez vos enfants à discuter ouvertement de leurs problèmes et mettez-les en confiance.

Gardez un œil sur les interactions en ligne

Dès lors que vous autorisez vos enfants à posséder un compte sur les réseaux sociaux ou une adresse mail, assurez-vous d’y avoir également accès. Les applications de contrôle parental sont également un excellent moyen de rester informé. Contrôlez régulièrement les différents comptes de vos enfants, mais portez ceci à la connaissance de vos enfants pour préserver un respect mutuel.

Établissez les limites

Décidez du temps passé devant les écrans, y compris le temps de navigation sur Internet, la durée des jeux en ligne et les devoirs. Définissez des règles claires pour le recours aux messageries instantanées et aux réseaux sociaux. Annoncez clairement à votre enfant que vous procéderez à un contrôle régulier de leur présence en ligne.

Envisagez le pire

Préparez un plan d’action si votre enfant fait l’objet de cyberharcèlement. N’agissez pas sous le coup de l’émotion, échangez de façon rationnelle sur les faits et aidez votre enfant à faire face à la situation avec flegme.

Allez à la rencontre d’autres parents pour former et organiser des groupes de dialogue. Définissez un plan pour veiller les uns sur les autres et demandez l’aide aux administrateurs. Plus votre communauté de parents est grande, plus vous garantissez la sécurité de vos enfants et de leurs amis dont les parents sont membres.

Préservez la sécurité des enfants sur les réseaux sociaux

Dès qu’ils en sont autorisés, les enfants n’hésitent pas à rejoindre les réseaux sociaux. De nombreux jeunes consultent leur profil plusieurs fois par jour, laissant les réseaux sociaux prendre une part de plus en plus importante dans leur vie.

Ce que peuvent faire les parents pour protéger leurs enfants sur les réseaux sociaux

Enseignez à vos enfants à :

          • Être bienveillant. Soyez intransigeant sur l’importance de traiter les autres avec respect et gentillesse. Insistez sur l’importance de signaler toute forme d’abus aux administrateurs et aux parents.
          • Bien réfléchir avant de publier. Une fois en ligne, certaines choses ne peuvent plus être supprimées, errant quelque part sur la toile. Apprenez à vos enfants à publier avec précaution si ces derniers ne veulent pas que leur grand-mère, professeur ou futur employeur tombent sur ce contenu.
          • Utiliser les paramètres de confidentialité. Sensibilisez votre enfant à l’importance de recourir aux paramètres de sécurité tels que l’authentification à deux facteurs contre l’usurpation d’identité. Précisez à votre enfant qu’il ne faut jamais communiquer ses identifiants avec quiconque.
          • Ne jamais interagir avec des inconnus. Apprenez à vos enfants à ne jamais accepter de demande d’ajout de la part d’inconnus, d’ignorer ou de supprimer l’invitation et de toujours demander l’accord de ses parents.

Établissez un contrat d’utilisation des réseaux sociaux

Établir un contrat régissant les conditions d’utilisation des réseaux sociaux est un excellent moyen de responsabiliser votre enfant et de créer un lien de confiance. Le matérialiser est le meilleur moyen de concrétiser leur engagement. Signer ce document leur permet également d’assumer les conséquences en cas de non-respect des règles énoncées. 

L’enfant accepte de préserver sa confidentialité, de ne pas partager d’informations personnelles, de refuser toute demande d’ajout de la part d’inconnus et de ne jamais utiliser les réseaux sociaux dans le but de nuire ou de harceler autrui.

À leur tour, les parents s’engagent à faire confiance à leurs enfants, à suivre leurs activités dans le respect de leur confidentialité (notamment pour les plus âgés), de donner l’exemple avec leur propre utilisation des réseaux sociaux.

Astuces en ligne pour les parents

Établissez des règles claires

Discutez et accordez-vous sur les règles et limites à respecter sur Internet. Notamment sur :

          • Le temps que vos enfants passent sur Internet et sur leurs appareils mobiles (Ex : nombre d’heures par jour).
          • Le temps que vos enfants passent à surfer sur le web (Ex : après avoir fini leurs devoirs).
          • Les endroits dans lesquels il est autorisé d’utiliser des appareils connectés (Ex : dans les espaces communs).
          • La nature des activités sur Internet (Ex : regarder des vidéos, utiliser les réseaux sociaux, effectuer des recherches en ligne dans le cadre de projet scolaires, chat en ligne).

Définissez un contrôle parental

Les systèmes d’exploitation Windows et macOS permettent aux utilisateurs de définir des paramètres de sécurité. Les paramètres permettent notamment de restreindre certains contenus et sites, de limiter le temps passé en ligne, de contrôler l’utilisation d’applications. Il est également possible d’activer un contrôle parental sur votre routeur, afin de couvrir tous les appareils connectés sur votre réseau domestique. 

Plus votre enfant grandit, moins vous pourrez compter sur les applications de contrôle parental, mais sur la capacité qu’à votre enfant à gérer son utilisation Internet par lui-même.

Un VPN adapté

Préservez la sécurité de votre famille à l’aide d’un Réseau Privé Virtuel (VPN). Les VPN permettent de sécuriser vos données en les acheminant vers un tunnel crypté. Votre enfant peut vaquer à ses occupations à l’abri des regards indiscrets sur tous les appareils de bureau et mobiles. Vous pouvez par exemple opter pour un Mac VPN si votre enfant utilise les appareils Apple. Mais un bon VPN devrait être compatible avec tous les OS et supports.

Encouragez votre enfant à activer son VPN chaque fois qu’il est en ligne et à se prémunir des sites dangereux, des publicités intempestives et autres virus.

À noter : Les VPN gratuits offrent peu de fonctions de sécurité et ne sont pas suffisamment puissants pour contrer les menaces, contrairement aux versions premium. Pour rentabiliser leurs activités, les VPN gratuits sont susceptibles de vendre les données d’utilisateurs à des tiers et vous assaillir de publicités, dont certaines sont inappropriées pour vos enfants.

Procédez à toutes les mises à jour

Autorisez les mises automatiques de votre système d’exploitation. Ceci vous permettra de profiter des correctifs liés aux bugs et aux vulnérabilités de votre logiciel. Des outils obsolètes sont souvent utilisés par les cybercriminels. Installez un logiciel antivirus pour protéger les appareils de vos enfants et leurs informations personnelles.

Renforcez votre protection en installant un pare-feu sur vos appareils et votre routeur. Ceci permet de contrôler le trafic entrant et sortant et de bloquer ou d’autoriser certains flux selon vos paramètres de sécurité. 

Sensibilisez vos enfants à la confidentialité en ligne

Les enfants grandissent avec la technologie (ordinateurs, appareils connectés). Les smartphones, tablettes, ordinateurs laptop, consoles de jeux, LeapPads, Kindles et Smart TVs, offrent tous un accès à Internet.

Il peut être difficile de contrôler tout ce que votre enfant fait en ligne, mais il n’est jamais trop tôt d’inculquer à votre enfant à préserver sa sécurité en ligne.

Alertez sur les tentative d’hameçonnage

Qu’est-ce que l’hameçonnage ou  Phishing?

Le Phishing est une méthode utilisée par les cybercriminels pour s’emparer de vos données en trompant ses victimes (se faisant passer pour une entreprise ou un individu). L’usurpation de données personnelles peut conduire à l’usurpation de l’identité des victimes. 

En 2022, le phishing reste la porte d’entrée privilégiée des cybercriminels en France. Aider vos enfants à identifier les mails frauduleux réduira le risque qu’ils en soient victimes. 

Les fournisseurs de messagerie en ligne font un travail non-négligeable dans la filtration des e-mails jugés indésirables, mais certains parviennent à passer entre les mailles des filets. Voici que vos enfants doivent savoir :

          • Trop beau pour être vrai. Votre enfant peut recevoir un mail de prétendue récompense. Ils doivent fournir des informations personnelles pour la recevoir. Ceci est une arnaque !
          • Ne jamais cliquer sur un lien ou télécharger le contenu d’un mail suspect. Cliquer sur un lien inconnu peut rediriger vers un site frauduleux qui s’emparera de vos identifiants. Ouvrir un fichier joint peut contenir un virus donnant l’accès direct à votre ordinateur.
          • Une action immédiate est requise.  Une menace de clôture de votre compte Netflix faute de communiquer vos données de paiement. Ne répondez jamais à ce genre de mails et signalez-les aux plateformes concernées. 
          • Un mail bardé de fautes. Souvent le signe d’un mail frauduleux. Bien que l’erreur soit humaine, trop de fautes peuvent suffire pour vous mettre la puce à l’oreille.
          • Ne partagez jamais vos données personnelles. Ne communiquez jamais vos identifiants, adresse physique, numéro de téléphone, sans l’accord de vos parents.

Internet et les adolescents

Internet fait partie intégrante de la vie des ados : devoirs, copinage sur les réseaux sociaux, streaming en tous genres. Pour de nombreux adolescents, Internet est un moyen sûr de s’exprimer sur ses émotions et de trouver conseil.

Sans la surveillance accrue de leurs parents, les adolescents éprouvent parfois des difficultés à distinguer ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas en ligne. Bien qu’ils aient une meilleure connaissance des risques que les plus jeunes, ils n’en demeurent pas moins facilement exposés.

Fake News

Le clickbait, la désinformation, les fake news – quelle que soit leur appellation – constituent une problématique majeure en ligne. De plus en plus d’adolescents se tournent vers les réseaux sociaux pour accéder aux actualités et s’informer, et il leur est parfois difficile d’identifier le vrai du faux.

Selon une enquête Vodafone, 46 % des adolescents affirment avoir déjà été victimes de fake news et 29 % pensent y être sensibles. Il est donc indispensable que les adolescents soient armés face à ce phénomène et réfléchissent à deux fois avant de la partager avec leur réseau.

Contrats frauduleux

Avec plus de libertés en ligne et une disposition de leur argent en ligne (dépenses en ligne), les adolescents sont susceptibles de signer des contrats frauduleux et de consentir à des conditions non maîtrisées. Vous devenez sujet à la fraude et à l’usurpation d’identité, mais également aux nuisances marketing et scams divers.

Les adolescents n’ont pas toujours conscience de l’exploitation de leurs données par certaines applications, de même que leur géolocalisation.

Radicalisation

La radicalisation désigne le changement de points de vue modérés vers des points de vue dits extrêmes. Ce phénomène touche en particulier les individus vulnérables tels que les adolescents. On parle souvent de propagande idéologique.

Les adolescents peuvent être particulièrement sensibles aux influences extrêmes dans leur quête identitaire. Internet offre de plus en plus de contenus non-filtrés et accroît ainsi les risques de radicalisation. La vitesse de propagation des contenus en ligne encourage d’autant plus ce fléau.

Les extrémistes utilisent les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Ask FM) pour identifier et cibler les plus jeunes pour les convaincre de leurs points de vue. Votre adolescent pourrait ne pas se rendre compte de ce « lavage de cerveau”, pensant avoir affaire à un mentor ou une personne simplement honnête.

Insistez auprès de vos adolescents sur l’importance de verrouiller ses paramètres de confidentialité, notamment sur les réseaux sociaux et ne jamais échanger avec des inconnus.

Si vous suspectez votre enfant de radicalisation, appréhender le sujet en toute connaissance de cause est primordial. Parlez ouvertement à votre enfant, calmement, pour tenter de comprendre la source de leurs opinions. Renseignez-vous sur les arguments de vos enfants et engagez le débat pour désacraliser le groupe tentant d’embrigader votre enfant. N’hésitez pas à faire appel à des professionnels le cas échéant.

Standards et codes surréalistes

Les magazines et les campagnes publicitaires ont souvent fait l’objet de vives critiques en raison de leurs codes vestimentaires, standards de beauté, mode de vie et situations financières pour le moins surréalistes. Les jeunes individus et adolescents sont souvent exposés à tous ces stigmates, y compris dans leur propre foyer.

Sur les réseaux sociaux, les adolescents exposent des photos soigneusement éditées, sur lesquels leurs célébrités s’affichent sous leur meilleur jour, voire leurs amis. L’utilisation de ces filtres et Photoshop faussent la réalité et véhiculent un sentiment négatif chez les ados, notamment en matière d’estime de soi. Une étude britannique menée par le NHS démontre que les jeunes filles ont tendance à se comparer aux autres internautes et souffrent de complexes et éprouvent des problèmes psychologiques contrairement aux filles non exposées.

Si vous ne souhaitez pas que vos adolescents tombent dans les clichés érigés par les réseaux sociaux, n’hésitez pas à leur apprendre à : 

          • Résilience numérique. Apprendre à regarder un contenu avec distance et un esprit critique. Comprendre qu’un modèle de réussite ne représente pas une généralité absolue et n’est pas le signe de perfection.
          • Être indulgent envers soi-même. Discutez avec vos enfants de ce qu’ils ressentent face aux comptes qu’ils suivent. S’ils suivent un hashtag en particulier, une tendance ou des comptes qui leur créent des complexes, encouragez-les à ne plus les suivre et à les bloquer.
          • Faire une pause sur les réseaux sociaux. Si votre adolescent est oppressé par les réseaux sociaux, suggérez-lui de faire une pause et faites-en autant en guise de solidarité. Aidez-le à compenser le temps passé sur les réseaux par des activités positives qui boostent son estime de soi.

En conclusion

Internet fait intrinsèquement partie de la vie de nos enfants, que ce soit pour apprendre, socialiser ou se divertir. Et le phénomène gagne du terrain chez les plus petits, avec de plus en plus d’appareils connectés. C’est pourquoi, il est plus que jamais urgent d’aider vos enfants à préserver leur sécurité en ligne.

Dans ce guide, nous avons tenté de couvrir quelques angles et de vous présenter les outils nécessaires à la protection de vos enfants : les plus jeunes profiteront notamment des applications de contrôle parental, tandis que les plus âgés requièrent moins de supervision. Les adolescents trouveront beaucoup plus de ressources dans les discussions que vous engagez, notamment sur leur conduite, ce qu’ils partagent et ce à quoi ils s’exposent.

Le plus important reste le dialogue autour d’une utilisation saine d’Internet, leur apprendre à reconnaître les dangers et les moyens de préserver leur confidentialité. Conseiller vos enfants sur leurs interactions en ligne est la clé. Mais la clé d’une expérience réussie sur Internet, demeure la confiance.

Leave a comment

Write a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked*